Angoisse Et Mort Dans Sein Und Zeit Heidegger

  • Published on
    26-Nov-2015

  • View
    6

  • Download
    0

Transcript

Bulletin danalyse phnomnologique IV 5, 2008 ISSN 1782-2041 http://popups.ulg.ac.be/bap.htm Angoisse et mort dans Sein und Zeit Par JULIEN PIERON FNRS Universit de Lige Pour Alexis Filipucci. Ursprnglicher als der Mensch ist die Endlichkeit des Daseins in ihm1. Rsum Ces quelques pages tentent de ressaisir les structures et la mobilit existentiale de langoisse et de la mortalit, en suivant la description phnomnologique quen propose Heidegger dans Sein und Zeit. On y soutient la thse selon laquelle les analyses phnomnologiques de langoisse et de la mort visent une seule et mme donne phnomnale, et lon essaie den mettre en vidence le caractre systmatique central dans le trait de 1927. On montre enfin en quoi ltude de la description phnomnologique de l angoisse de la mort permet une saisie plus profonde des concepts de finitude et dhorizon de la temporalit. Dans les pages qui suivent, nous tentons de reprendre en vue la description phnomnologique de langoisse propose par Heidegger dans Sein und Zeit, puis son amplification travers lexamen de la mortalit. Cest parce que lanalyse phnomnologique de la mort est bel et bien conue comme une amplification de celle de langoisse quil sera permis de parler d angoisse de la mort pour dsigner une seule et mme donne phnomnale. Ce qui nous intresse dans ce phnomne, cest sa mobilit. La question de langoisse de la mort est intimement lie celle du mouvement (retour, dtour, fuite) mouvement existential dautant plus nigmatique 11 M. Heidegger, Kant und das Problem der Metaphysik (GA 3), Vittorio Kloster-mann, Frankfurt am Main, 1991, p. 229. quil ne seffectue pas dans un lieu, mais mme ltre du Dasein qui est ouverture1, localit prcdant tout lieu. Si nous acceptons de tenir fermement ce point de dpart, des expressions telles que fuite de soi , mise en face de soi , ou retour soi doivent veiller un questionnement incessant : que peuvent bien signifier de tels mouvements dans une phnomnologie pour laquelle le soi nest pas un point matriel fix en un lieu, mais le mode dtre du Dasein comme ouverture ou localit ? * La description phnomnologique de langoisse nest pas effectue pour elle-mme, mais dans le but de mettre en vidence la dtermination unitaire de ltre total du Dasein comme souci. Lanalyse de langoisse prend son point de dpart dans la caractrisation de la dchance (Verfallen) comme fuite (Flucht)2. Ce point de dpart est remarquable : il est ici question dun mouvement mouvement ontologique par lequel le Dasein scarte de lui-mme pour chouer en quelque sorte sur le monde3 , qui saccomplit sur le mode dune double plonge dans le On et dans le monde 4 de la proccupation. Le mouvement de la dchance nest pas dplacement dun point un autre, mais mobilit inhrente louverture que le Dasein est : la dchance est le mode dtre quotidien du L , le mouvement dans lequel louverture sest toujours dj engage5. Ce mouvement constitue une fuite du Dasein devant lui-mme (vor ihm selbst), devant le pouvoir-tre-soi-mme en mode propre 6. Comment comprendre une telle fuite ? Le Dasein nest ni chose, ni corps, ni personne, mais ouverture7 ; plus prcisment : le Dasein est son ouverture8 ladjectif possessif indiquant que louverture est, par une ncessit dessence, chaque fois mienne 9. Lenjeu fondamental des rflexions sur le qui du Dasein tait de montrer qu la question qui ? , on ne rpond proprement quen indiquant un mode dtre non une 1 Sein und Zeit, 28, p. 133 : Das Dasein ist seine Erschlossenheit (soulign par Heidegger). 2 S.u.Z., 40, p. 184. 3 S.u.Z., 38, p. 176. 4 Les guillemets indiquent lacception ontique de lexpression, cf. S.u.Z., 14, p. 65. 5 S.u.Z., p. 166 (titre). 6 S.u.Z., 40, p. 184. 7 S.u.Z., 10 et 28. 8 S.u.Z., 28, p. 133. 9 S.u.Z., 9, p. 41. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 2substance ou une personne1 , et que ce mode dtre est originairement travers par autrui, puisquil est demble tre-avec (Mitsein)2. Se fuir soi-mme, cest donc pour le Dasein scarter de cette ouverture ou de ce mode dtre originairement travers par autrui quil doit chaque fois assumer3, pour se tourner vers autre chose . Cet autre chose , qui ne peut pas tre situ en dehors de louverture, nest rien dautre quune modalit particulire de cette mme ouverture. Cest donc le passage dun mode lautre, la modulation ou la modification de louverture modi-fication qui nest pas accidentelle, mais exige par sa structure mme qui doit constituer le sens de la fuite de soi , supposer que nous confrions cette expression le sens ontologique que Heidegger nous demande de lui donner. 1 S.u.Z., 25-27. 2 Sur ce point, il nest peut-tre pas inutile de rappeler quelques extraits de Sein und Zeit qui nous montrent : 1) que ltre- est essentiellement tre-avec, et que louverture du monde est toujours celle dun monde commun : Auf dem Grunde dieses mithaften In-der-Welt-seins ist die Welt je schon immer die, die ich mit den Anderen teile. Die Welt des Daseins ist Mitwelt. Das In-sein ist Mitsein mit Anderen ( 26, p. 118 ; nous soulignons) ; 2) que le en-vue-de soi , dans lequel senracine la signifiance du monde, est toujours du mme coup, et indissociablement, un en-vue-dautrui : Die Weltlichkeit wurde interpretiert ( 18) als das Verweisungsganze der Bedeutsamkeit. Im vorgngig verstehenden Vertrautsein mit dieser lsst das Dasein Zuhandenes als in seiner Bewandtnis Entdecktes begegnen. Der Verweisungszusammenhang der Bedeutsamkeit ist festgemacht im Sein des Daseins zu seinem eigensten Sein, damit es wesenhaft keine Bewandtnis haben kann, das vielmehr das Sein ist, worumwillen das Dasein selbst ist, wie es ist. / Nach der jetzt durchgefhrten Analyse gehrt aber zum Sein des Daseins, um das es ihm in seinem Sein selbst geht, das Mitsein mit Anderen. Als Mitsein ist daher das Dasein wesenhaft umwillen Anderer. Das muss als existenziale Wesensaussage verstanden werden ( 26, p. 123, nous soulignons) ; 3) en consquence, se connatre soi-mme quivaut toujours prendre conscience du caractre essentiel de ltre-avec et du rapport aux autres : Das Sein zu Anderen ist nicht nur ein eigenstndiger, irreduktibler Seinsbezug, er ist als Mitsein mit dem Sein des Daseins schon seiend. Zwar ist nicht zu bestreiten, dass das auf dem Grunde des Mitseins lebendige Sich-gegenseitig-kennen oft abhngig ist davon, wie weit das eigene Dasein jeweilig sich selbst verstanden hat ; das besagt aber nur, wie weit es das wesenhafte Mitsein mit Anderen sich durchsichtig gemacht und nicht verstellt hat, was nur mglich ist, wenn Dasein als In-der-Welt-sein je schon mit Anderen ist ( 26, p. 125, nous soulignons). 3 Puisquil nest pas lui-mme sa propre origine, mais quil est perptuellement en position de rpondant, cf. S.u.Z., 9, p. 41-42. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 3 louverture appartient le rapport ce qui surgit en son sein. Le comprendre (Verstehen) nest en effet jamais pur comprendre de ltre, mais toujours comprendre de ltant dans son tre1, et la disposition affective (Befindlichkeit) est toujours une faon de se laisser aborder par ltant qui surgit au sein du monde2. En affirmant que la fuite de soi saccomplit comme plonge3 (Aufgehen) dans le On et auprs du monde (cest--dire des choses) de la proccupation4, Heidegger dcrit ce mode de louverture dans lequel la dimension mme douverture passe larrire-plan au profit de ce qui surgit dans louverture. tant ainsi occulte, louverture perd son caractre problmatique : elle perd cette assignation ontologique la responsabilit inscrite en elle du fait que louverture ne flotte pas dans un arrire-monde, mais est chaque fois celle dun Dasein est chaque fois mienne . Cest leffacement de cette assignation ontologique la responsabilit qui constitue lessence mme du On. Avant dtre diabolis et de charrier des connotations dprciatives5, le On dsigne dabord ce mode dtre non problmatique de louverture, cette faon dassumer louverture sans lassumer, en se dchargeant de linsoutenable pesanteur que constitue la ncessit de devoir toujours rpondre de louverture6. Avant de poursuivre, nous devons fixer une double signification des termes Eigentlichkeit (proprit) et Uneigentlichkeit (improprit). Eigent-lichkeit et Uneigentlichkeit peuvent tre compris au sens strict comme manires dtre proprement ou improprement ce que le Dasein est : ouver-ture. Au sens strict, tre proprement, tre purement et simplement ouverture, cest en quelque sorte comme nous le verrons plus loin tre transi par le rien. tre improprement ouverture, cest tre absorb dune faon ou dune autre par ltant qui surgit au sein de louverture. Parce que ltant qui surgit au sein de louverture constitue un moment structurel de louverture elle-mme, il est impossible de se maintenir dans ltre-proprement ouverture au sens strict dun tre-transi par le rien : il faut ncessairement revenir un certain rapport ltant surgissant au sein de louverture, et donc sy plonger ou tre absorb par lui. 1 S.u.Z., 32, p. 151. 2 S.u.Z., 29, p. 137. 3 Le terme aufgehen signifie louverture ou lclosion, mais dsigne aussi le mouve-ment de se fondre dans quelque chose ou dtre absorb par lui. 4 S.u.Z., 40, p. 184. 5 Connotations qui, malgr les dngations de Heidegger, sont pourtant videntes dans son texte. 6 S.u.Z., 27, p. 127-128. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 4Ce mouvement de retour ltant peut lui-mme saccomplir de deux faons : soit en gardant la trace du caractre problmatique de louverture et du fait quelle est irrductiblement mienne , soit en effaant ltre problmatique de louverture. Ces deux modes du retour dfinissent les deux modalits de la proprit et de limproprit entendues en un sens plus lche. Cest la coexistence du sens strict et du sens lche qui permet de comprendre pourquoi Heidegger introduit des degrs dans lEigent-lichkeit et lUneigentlichkeit (en nous parlant dexistence tout fait impropre1 ou plus ou moins impropre2 , ou encore dune possible indiffrence modale3 entre les deux), et pourquoi il combine parfois Eigentlichkeit et Uneigentlichkeit dans des formules apparemment para-doxales (affirmant par exemple que lexistence en mode propre au sens lche est elle-mme voue limproprit au sens strict4). Lanalyse phnomnologique de langoisse se dveloppe en prenant pour point de dpart le constat dune fuite dchante du Dasein devant lui-mme. Nous avons prcis le sens de cette fuite, et la faon dont elle doit tre conue : comme modification ou modulation de louverture, comme passage du mode propre au mode impropre de celle-ci. Un tel mouvement est saisi comme dtour (Abkehr). Partant du constat initial dun dtour, le phnomnologue cherchera la possibilit dun retour (Hinkehr) qui conduise le regard vers cela mme qui est fui (cest--dire modifi) : le mode propre de louverture. Cest le phnomne de langoisse, dans son surgissement brusque au sein de lexistence quotidienne, qui permettra daccomplir ce retour 5. Pour mener bien la description du phnomne de langoisse, Heidegger prend pour guide la structure phnomnologique de la peur6, qui sarticule comme un prendre peur devant quelque chose (devant un tant intramondain qui sapproche au sein dune contre en prsentant un caractre nuisible), et comme un prendre peur pour quelque chose (pour un certain mode de ltre-au-monde proccup). Langoisse se distingue de la peur en ceci quelle ne sangoisse pas devant un tant intramondain dtermin. Le menaant ne prsente aucune nocivit dtermine, qui pourrait atteindre le menac dun certain point de vue et selon un certain pouvoir-tre factice concret. Le devant-quoi est 1 S.u.Z., 68c, p. 347. 2 Ibid. 3 S.u.Z., 12, p. 53. 4 S.u.Z., 60, p. 298-299. 5 S.u.Z., 40 p. 184-185. 6 Cette structure a t dgage au 30 de Sein und Zeit. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 5parfaitement indtermin, ce qui signifie quaucun tant intramondain nest ici pertinent : le monde a dsormais le caractre de la complte insignifiance (Unbedeutsamkeit)1. Le phnomne de lespace tant inscrit dans la structure mme de la signifiance2, la consquence de la neutralisation de la signifiance dans langoisse est que celle-ci ne voit ni ici , ni l-bas , partir duquel le menaant pourrait sapprocher. Le menaant nest nulle part (nirgends), ce qui nimplique pas labolition de lespace, mais la prsence de la contre en gnral, louverture du monde en gnral. Le menaant ne sapproche pas dans une certaine direction ; il est dj l tout en ntant nulle part, dans une proximit plus proche que tout ce qui est proche si proche quelle oppresse et coupe le souffle3. Ce qui devient manifeste dans langoisse, cest donc le rien et nulle part (Nichts und nirgends), cest--dire le phnomne du monde en tant que tel. La dernire tape de la srie dquivalences tablie par Heidegger consiste poser que le monde appar-tient essentiellement ltre du Dasein comme tre-au-monde, et quainsi le devant-quoi de langoisse est ltre-au-monde lui-mme4. Cette prcision est importante, car elle nous montre que pour Heidegger monde et tre-au-monde sont des quivalents, et que ltre-au-monde se retrouve tout entier dans chacun de ses moments structurels : le monde, le qui, ltre- dsignent chacun leur faon, comme autant de coupes dune mme sphre dtre, louverture ou le L le lieu de tous les lieux, lespace permettant la rencontre de ltant intramondain. Sans cette identification du monde et de ltre-au-monde, il serait impossible de caractriser langoisse comme cette tonalit affective fondamentale (Grundstimmung) dans laquelle le devant-quoi (Wovor) et le pour-quoi (Worum) concident. Ce devant-quoi langoisse sangoisse est donc ltre-au-monde lui-mme, et langoisse possde cette particularit quelle ouvre directement le monde comme monde, dans un comme qui nest pas ncessairement celui de la comprhension philosophique du phnomne ou de sa conceptualisation, mais qui est toujours celui dune preuve affective5. 1 S.u.Z., 40, p. 186. 2 S.u.Z., 24, p. 111. 3 S.u.Z., 40, p. 186. Rappelons que le mot angoisse drive du latin angustiae (troitesse, lieu resserr) qui est apparent angustus (troit, resserr) et angere (serrer la gorge). 4 S.u.Z., 40, p. 187. 5 Ibid. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 6Aprs cette caractrisation du devant-quoi de langoisse, il convient denvisager lanalyse de ce pour quoi langoisse sangoisse. la diffrence du pour-quoi de la peur, le pour-quoi de langoisse nest pas un mode dtre ou une possibilit dtermine du Dasein. Lindtermination du menaant va en effet de pair avec lindtermination du menac : ce nest pas tel ou tel pouvoir-tre concret qui est menac, mais ltre-au-monde lui-mme1. Parce que dans langoisse ltant intramondain sombre, et parce que le pouvoir-tre du Dasein y est lui-mme indtermin, le Dasein na plus la possibilit de se plonger dans ltant ou dans le On. Le Dasein est ainsi rejet en direction de son pouvoir-tre-au-monde en mode propre, et il est du mme coup isol ou singularis (vereinzelt). Heidegger ira mme jusqu parler de solipsisme (Solipsismus) existential. Avant de poursuivre, il faut sarrter sur ces expressions disolement et de solipsisme pour viter tout malentendu2. Lisolement (Vereinzelung) ou l individuation dont il est ici ques-tion nest pas la constitution du soi ou de la personne3 (puisque au contraire langoisse est lpreuve de la dpersonnalisation par excellence), mais dsigne cette ncessit mtaphysique selon laquelle louverture4 de ltre en gnral5 est chaque fois celle dun Dasein, est chaque fois mienne 6. La miennet ne vise pas linscription dans un corps ou dans une subjectivit , mais indique le caractre dune singularit pr-personnelle, inalinable, et structurellement lie au fait de la remise (ou de la finitude) de louverture. Cette singularit inalinable, structurelle et pr-personnelle, constitue le moment solus du solipsisme entendu comme solus ipse. Cest une telle singularit que Heidegger nommera dans son cours du semestre dt 1930 en parlant du caractre offensif de la question de ltre question qui nous atteint la racine de notre tre dans le mouvement mme par lequel elle tente dembrasser la totalit de ltant7. Ce dernier moment de la totalit, nous le retrouvons dans lipse du solus ipse. Lipse est en effet le soi-mme (Selbst), qui nest pas une chose- 1 Ibid. 2 S.u.Z., 40, p. 187-188. 3 Lindividuation comme constitution dune certaine configuration concrte du soi dans son rapport dtermin un monde nadvient en effet qu la faveur du retour depuis cette situation-limite quest lpreuve de langoisse. 4 S.u.Z., 28, p. 133. 5 S.u.Z., 31, p. 147. 6 S.u.Z., 9, p. 41-42. 7 Cf. Vom Wesen der menschlichen Freiheit ; Einleitung in die Philosophie, GA 31, Vittorio Klostermann, Frankfurt am Main, 19821, 2 et 5. (Trad. fr. E. Martineau, De lessence de la libert humaine, Paris, Gallimard, 1987.) Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 7sujet, mais le mode dtre de louverture du Tout ouverture qui est demble celle dun monde commun, et se caractrise par le projet vers une possibilit dexistence qui nest pas celle dun tre ferm sur soi, mais dun tre ouvert aux autres et aux choses, un tre dont la configuration concrte ou lindividuation ne sera dailleurs rien dautre que la rsultante des rapports entretenus aux autres et aux choses1. Cest en ce sens dune libration de la singularit inalinable, pr-personnelle, et structurellement lie la remise donc la ncessit de lassomption dune ouverture qui est celle du Tout2, que Heidegger peut parler dun solipsisme existential, comme dune reconduction la solitude ontologique de lipsit. Si langoisse, en isolant au sens qui vient dtre dfini, ramne le Dasein un pouvoir-tre-au-monde en mode propre3 ne se dterminant ni partir des choses, ni partir des autres, cest parce que langoisse libre ce pouvoir-tre-au-monde (cette ipsit ) dans une absence totale de dtermination absence de dtermination qui est corrlative, et indisso-ciable, de linsignifiance du monde4. La consquence de cette mise au jour du pour-quoi comme (pouvoir-)tre-au-monde, cest que le pour-quoi de langoisse se rvle tre identique au devant-quoi de langoisse : dans les deux cas, il sagit de ltre-au-monde5. Cette identit stend jusquau troisime moment de langoisse : le sangoisser lui-mme, qui constitue un mode fondamental de ltre-au-monde. Dans langoisse, il ny a donc pas mise en relation de deux termes opposs via un moyen terme, mais lpreuve 1 Outre les passages rappels prcdemment concernant le caractre originaire du rapport autrui ( 26, p. 118, 123, 125), il faut encore mentionner le fait que la Sorge, qui constitue ltre du Dasein, est toujours la fois, et indissociablement, Besorgen (rapport aux choses) et Frsorge (rapport aux autres). Le Soi nest donc pas une entit requrant un troisime type de rapport ( rapport soi ), mais la manire mme dont les deux autres rapports (aux choses et aux autres) sont tenus. Cest en ce sens, et en ce sens uniquement, que Heidegger affirme aprs avoir expressment rappel que proccupation et sollicitude sont des modes de ltre-au-monde comme souci que lexpression souci de soi serait, dans le cadre conceptuel de Sein und Zeit, proprement tautologique ( 41, p. 193). Ces thses essentielles de Sein und Zeit sont rassembles dans un passage particulirement clairant des Grundprobleme der Phnomenologie, GA 24, Vittorio Klostermann, Frankfurt am Main, 19751, 20e, p. 419-423. (Trad. fr. J.-Fr. Courtine, Les problmes fondamentaux de la phnomnologie, Paris, Gallimard, 1985, p. 355-358.) 2 Ouverture au sein de laquelle est ensuite possible la distinction dun je et dun tu, dun soi et dun monde. 3 Au sens strict de lEigentlichkeit. 4 S.u.Z., p. 187. 5 S.u.Z., p. 188. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 8de langoisse est elle-mme llment qui se manifeste en elle1. Dans langoisse apparat ainsi lidentit (Selbigkeit) existentiale de louvrir et de louvert, ou encore lidentit de ltre- considr dans son isolement (singularit) structurel (li au fait de la remise) et sa puret (absence de toute dtermination concrte) et du monde (qui napparat comme tel que dans la figure de la complte insignifiance)2. Aprs avoir dgag cette structure complte du phnomne de lan-goisse, il faut revenir au discours quotidien affirmant que dans langoisse, a vous inquite (In der Angst ist es einem unheimlich ). Ce que dsigne sa faon ladjectif unheimlich, cest lindtermination du rien et nulle part qui fait son apparition dans et comme3 langoisse4. Le terme dUnheimlichkeit signifie du mme coup le ne-pas-tre-chez-soi (das Nicht-zuhause-sein), labsence totale de familiarit, limpossibilit radicale d habiter . Ce que langoisse accomplit, cest un mouvement consistant aller rechercher le Dasein depuis son tre-plong dans son monde , et faire clater la familiarit quotidienne, pour lisoler et le ramener au caractre de singularit inalinable et pr-personnelle structurellement li louverture ou ltre-au-monde quil doit sans cesse assumer (qui est chaque fois mien )5. Ces propos doivent toutefois tre entendus avec prudence. Ce qui saccomplit ici, ce nest pas le transport dun lieu un autre, mais un mouvement de transformation ou de modification de louverture, transitant par langoisse6 pour dboucher sur autre chose : un retour lexistence quotidienne, qui aura ou non pris acte de cette singularit inalinable, pr-personnelle, et structurelle de ltre-au-monde, dont le Dasein a rpondre. Cest pourquoi Heidegger affirme que langoisse arrache le Dasein sa dchance et lui rend manifeste la proprit ou limproprit (au sens lche) comme possibilits de son tre7, un tre qui est chaque fois mien8 . 1 Ibid. 2 Ibid. 3 Il ny a en effet pas ici de distinction entre laffect, ce qui y est ouvert, et celui qui ouvre. 4 S.u.Z., 40, p. 188. 5 S.u.Z., 40, p. 189. 6 Laquelle est la fois mouvement de transition et contenu rvl dans ce mouvement. 7 S.u.Z., 40, p. 191. 8 Lapostille se rapportant ce je meines nous dit : nicht egoistisch, sondern als zu bernehmend geworfen. Mien, non pas gostiquement, mais comme jet et comme devant tre pris en charge, assum. ( 40, p. 191, Randbemerkung a). Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 9Langoisse est cependant rarement comprise en ce sens, dabord parce que lpreuve de langoisse nimplique pas une comprhension philo-sophique1, ensuite parce que cette preuve elle-mme dpend de laccueil que le Dasein mnage au phnomne, de la faon dont il se laisse envahir ou librer par langoisse2. Or la comprhension3 la plus courante de langoisse consiste trs souvent sen dtourner, en masquant en quelque sorte le ne-pas-tre-chez-soi (Un-zuhause), cest--dire le mode dtre proprement4 cette ouverture jete que le Dasein est en son fond, quoique la plupart du temps improprement5. En ce sens, langoisse est malgr sa raret une tonalit affective fondamentale, et cest le ne-pas-tre-chez-soi rvl dans ltrang(r)et (Unheimlichkeit) qui doit tre conu, existentialement et ontologiquement, comme le phnomne le plus originaire un phnomne dont ltre-au-monde familier et rassur nest quun Modus, cest--dire un mode ou une modification6. * Nous exposerons lexamen de la mortalit en le reliant la description du phnomne de langoisse, afin de montrer que le concept phnomno-logique de la mort nest rien dautre quune amplification du concept dangoisse. Le 50 prsente une premire caractrisation du phnomne de la mort en prenant pour fil conducteur la structure du souci : tre-dj-en-avant-de-soi-dans (le monde) en tant qutre-auprs de ltant qui fait encontre (de faon intramondaine)7 . Cette dfinition sarticule en deux temps, correspondant, dune part, louverture (au monde), et, dautre part, ce qui est rencontr au sein de cette ouverture ( ltant intramondain). 1 Nous avons rencontr un phnomne similaire propos de louverture du monde comme monde. 2 S.u.Z., 40, p. 189. 3 Ce terme est ici entendu au sens fort, comme existential : comprendre une possibi-lit, cest tre sur le mode de cette possibilit. 4 Au sens strict. 5 S.u.Z., p. 189. 6 S.u.Z., 40, p. 189. 7 S.u.Z., 50, p. 249 : Sich-vorweg-schon-sein-in (der Welt) als Sein-bei (inner-weltlich) begegnendem Seienden . Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 10Lemploi mdian de la locution : en tant que (als) fait apparatre le second temps comme lexplicitation ou la reconfiguration1 du premier. Ce quindique cette dfinition, cest un mouvement par lequel louverture se soustrait au profit de ce qui est accessible en son sein. Si ltre-en-avant-de-soi (Sich-vorweg) exprime le caractre fondamental de lexis-tence, ltre-dj-dans (Schon-sein-in) indique le caractre fondamental de la facticit, et ltre-auprs (Sein-bei) celui de la dchance. Ltre-auprs comme dchance nest pourtant pas un troisime moment qui sajouterait simplement aux deux premiers : il en est le produit, dans ce mouvement de chute existentiale cest--dire de modification que nous avons rencontr prcdemment, en envisageant la fuite de soi et la plonge dans le monde 2. Cest en suivant ces trois moments, qui ne sont pas simplement juxtaposs, mais passent les uns dans les autres la faveur dune modification seffectuant mme le Dasein, que Heidegger envisage le phnomne de la mort la lumire de la structure du souci3. Le rsultat des analyses prparatoires essentiellement ngatives des paragraphes 46 49, cest que la mort doit tre conue comme un tre du Dasein pour sa fin (Sein zum Ende). Le but vis par ltude de ltre pour la fin, cest de prendre en vue un tre-tout (Ganzsein) du Dasein, une totalit dont le sens existential doit encore tre fix positivement4. La fin du Dasein, qui ne se dploie qu la faveur dun tre-pour-la-fin, a le caractre dune imminence (Bevorstand), qui nest pas celle dun vnement intramondain, mais celle dune possibilit dtre. La mort est une possibilit dtre que le Dasein a lui-mme chaque fois assumer (bernehmen), et par laquelle il se prcde5 lui-mme dans son pouvoir-tre le plus propre6. Ce que marque le passage la limite contenu dans ce superlatif, cest la transition du sens lche au sens strict de lopposition entre proprit et improprit : en parlant de pouvoir-tre le plus propre , Heidegger vise ce pouvoir-tre qui nadvient que dans langoisse et comme angoisse o le Dasein est purement et simplement son ouverture. Dans cette possibilit quest la mort conue existentialement, il y va pour le Dasein purement et 1 Le 32 de Sein und Zeit (p. 148) prsente en effet lexplicitation (Auslegung) comme cette possibilit de reconfiguration par laquelle le comprendre ne devient pas quelque chose dautre, mais ce quil est lui-mme. 2 S.u.Z., 50, p. 250. 3 Ibid. 4 Ibid. 5 Au sens dun projet vers une possibilit quil est lui-mme. 6 S.u.Z., 50, p. 250 : Mit dem Tod steht sich das Dasein selbst in seinem eigensten Seinknnen bevor . Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 11simplement (schlechthin) de son tre-au-monde, indpendamment de toute configuration concrte de celui-ci1. Cest une telle absence de dtermination ou de configuration concrte de ltre-au-monde, dj prsente dans le phnomne de langoisse sous la double forme de linsignifiance du monde et de lindtermination du pouvoir-tre factice2, que nous retrouvons dans la thse selon laquelle la mort est la possibilit du ne-plus-pouvoir-tre-l (die Mglichkeit des Nicht-mehr-dasein-knnens), ensuite reformule comme possibilit de limpossibilit pure et simple du Dasein ou de lexistence3. Impossibilit de lexister signifie ici : impossibilit de tout com-portement en rapport 4 rapport qui atteste toujours la configuration pralable dun soi et dun monde. Le pouvoir-tre ou le soi ntant rien dautre que lensemble des rapports entretenus avec les choses et les autres, labsence de dtermination du pouvoir-tre est du mme coup un effondrement du rapport aux choses et aux autres5. Dans la possibilit quest la mort, le Dasein est compltement (vllig) renvoy son pouvoir-tre le plus propre, et tous les rapports aux autres sont dissous (gelst). Au sens tymologique dune dissolution ou dun dtachement de tout rapport, la possibilit quest la mort est possibilit absolue. Une telle ab-soluit nimplique pas linfinit dun ego subsistant comme reste de leffondrement des rapports, mais la finitude dune miennet inalinable, structurelle, et pr-personnelle qui nest proprement prouve que dans la dissolution du soi corrlative de la dissolution des rapports aux choses et aux autres. Tous ces caractres du phnomne de la mort conu existentialement se rsument par deux adjectifs : la mort est la possibilit la plus propre (eigenste), et la possibilit absolue (unbezgliche). cette double dter-mination sajoute le caractre indpassable (unberholbare) de la possibilit quest la mort. En tant que possibilit de la pure et simple impossibilit du Dasein, la mort est la possibilit la plus extrme (die usserste), la possibilit que le Dasein ne peut dpasser6. Ce dernier trait renvoie au caractre de la mort qui est peut-tre le plus fondamental, mais le moins dvelopp dans Sein und Zeit : dans le phnomne de la mort conu existentialement, le Dasein touche son extrmit, sa fin au sens de sa limite ; il dploie 1 Ibid. 2 S.u.Z., 40, p. 187. 3 S.u.Z., p. 250, 255, 262. 4 S.u.Z., 53, p. 262. 5 S.u.Z., 50, p. 250. 6 Ibid. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 12proprement cette limite qui constitue la clture de louverture ekstatique, et fait ainsi lpreuve de louverture dans sa totalit1. Lexprience de la mort est exprience du caractre intrinsquement horizontal au sens o horizein signifie borner, dlimiter de la temporalit ekstatique2 ; elle est le moment o le dploiement ekstatique, priv momentanment du retour dtermin vers ltant (dans tel ou tel rapport ) et bloqu dans le suspens, sprouve lui-mme comme horizon. Cette concidence de lhorizon et de lekstase dans la mort au sens existential nest rien dautre que la concidence de louvert et de louvrir dans la tonalit fondamentale de langoisse. En ce sens dune preuve et dun dploiement de la clture ou de lhorizon constitutif de louverture, Heidegger pourra dire de lavenir proprement dit quil est fini : en lui le Dasein na pas une fin, mais existe de manire finie3. Ltre pour la possibilit quest la mort envisage existentialement fait ressortir de la manire la plus prgnante la pure structure de ltre-en-avant-de-soi, indpendamment de tout contenu ou configuration factice du soi ou de la possibilit, ici rduite sa plus simple expression : possibilit de limpossibilit de tout rapport ltant et aux autres, possibilit absolue du suspens4. Aprs avoir dgag les trois caractres fondamentaux de la mort (comme possibilit la plus propre, absolue, et indpassable) qui se rattachent au premier moment du souci (existentialit), Heidegger envisage les deux autres moments : facticit, puis dchance. Le principal enjeu de lanalyse de la mort au fil conducteur de ces deux moments, cest lidentification de langoisse au phnomne de la mort. Aussi longtemps quil existe, le Dasein est dj jet dans cette possibilit la plus propre, absolue, et indpassable quest la mort. La rvlation dun tel tre-jet dans la mort ne seffectue pas dans un savoir thorique, mais dans une tonalit affective : langoisse. Langoisse est an-goisse devant la mort (Angst vor dem Tode), cest--dire angoisse de-vant le pouvoir-tre le plus propre, absolu, et indpassable (Angst vor dem eigensten, unbezglichen und unberholbaren Seinknnen). Lanalyse de langoisse nous a montr que la particularit de langoisse comme tonalit 1 Dass je schon auch das alltgliche Dasein zu seinem Ende ist, das heisst sich mit seinem Tod stndig, wenngleich flchtig, auseinandersetzt, zeigt, dass dieses das Ganzsein abschliessende und bestimmende Ende nichts ist, wobei das Dasein erst zuletzt in seinem Ableben ankommt ( 52, p. 259, nous soulignons). 2 Pour un rapprochement entre le problme de la mort et celui de lhorizon, cf. Fr. Dastur, Heidegger et la question du temps, Paris, P.U.F., 19993, p. 102-103. 3 S.u.Z., 65, p. 329-330. 4 S.u.Z., 50, p. 251. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 13affective fondamentale (Grundstimmung) rside dans le fait quen elle le devant-quoi (Wovor), le pour-quoi (Worum) et le sangoisser (Sich-ngsten) trois moments structurels qui peuvent tre dgags dans nimporte quelle tonalit affective concident1. Le sangoisser nest donc pas un moyen terme entre un soi qui sangoisse et un tant intramondain angoissant, mais l objet de langoisse est identique au sujet qui sangoisse, et l affect mme du sangoisser. Par consquent, parler dangoisse de la mort, ou dangoisse devant la mort, et mettre ce devant entre guillemets, cest dire que la mort nest pas quelque chose dautre que langoisse : langoisse est mort au sens existential, la mort au sens existential est angoisse. Cest pourquoi Heidegger reprend lexpression d angoisse de la mort , en affirmant que son devant-quoi est ltre-au-monde lui-mme, et son pour-quoi le pouvoir-tre du Dasein purement et simplement. Langoisse de la mort nest pas une peur du dcder, mais louverture du fait que le Dasein existe comme un tre-jet pour sa fin, ou expos sa fin une fin qui ne subsiste pas en soi indpendamment du Dasein, mais uniquement dans le mouvement de se projeter proprement ou improprement vers elle, lui permettant ainsi de se dployer ou non comme telle2. Mourir , au sens existential, signifie donc tre-jet pour le pouvoir-tre le plus propre, absolu, et indpassable. En aucun cas, le mourir existential ne dsigne un pur disparatre ou un vcu du dcs3. Cest un tel vcu du dcs que des gnrations de lecteurs ont cru dceler dans le texte de Sein und Zeit, en le critiquant laide de largument picurien : quand nous sommes l, la mort ny est pas encore ; quand elle est l, cest nous qui ny sommes plus. De la mort saisie existentialement, il faut pourtant dire au contraire : ds que nous sommes l, elle y est aussi ; quand elle nest plus l, cest que nous ny sommes plus non plus. Le Dasein se rvle ainsi comme ltre par qui la mort vient au monde tant entendu que la mort dsigne cette possibilit dune preuve du pur fait de louverture, dans laquelle ce qui surgit au sein de louverture passe subitement larrire-plan au profit dune ouverture dnue de toute dtermination concrte, et saisie dans son caractre de miennet, cest--dire dans le fait quelle mest remise dans une singularit inalinable, structurelle et pr-personnelle. Linterprtation de langoisse comme rvlation de ltre-jet dans la mort accomplit le lien entre le phnomne de la mort conu existentialement 1 Ibid. 2 Ibid. 3 Ibid. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 14et le deuxime moment structurel du souci : la facticit. Reste envisager le troisime moment (dchance dans le monde de la proccupation quotidienne), qui nest pas simplement juxtapos aux deux premiers, mais apparat comme une modification ou une modulation de ceux-ci. Le fait que beaucoup de gens ne savent rien de la mort nest pas une preuve du fait que ltre pour la mort nappartiendrait pas en gnral au Dasein, mais seulement du fait que le Dasein recouvre, en le fuyant, ltre le plus propre pour la mort1. Lexister factice nest jamais pur pouvoir-tre-au-monde jet : il est toujours dj plong dans le monde de la proccupation, fondu en lui ou absorb par lui, comme par ce qui surgit au sein dune ouverture se dployant travers les deux premiers moments du souci : lexistence (projet) et la facticit (tre-jet)2. Ltre-auprs, qui surgit selon la mobilit de la dchance des deux premiers moments du souci, et les modifie ou les transforme sans les annuler, est lannonce dune fuite hors de ltrang(r)et (Unheimlichkeit), dsormais comprise comme tre le plus propre pour la mort . Cest parce qu lessence mme de la mort appartient prcisment ltre-recouvert de ce qui peut surgir tout moment qui sexprimera plus loin dans la caractrisation de la mort comme possibilit certaine et comme telle indtermine , que la dchance est elle-mme constitutive du concept existential de la mort3. Une reconsidration de lpreuve proprement accomplie de ltre-jet pour la mort montre dailleurs que cette preuve qui constitue une sorte de contre-mouvement4 par rapport la mobilit dchante nest elle-mme pas dpourvue du moment de ltre-auprs : celui-ci se prsente sur le mode dficient dune impossibilit dtre auprs de ltant qui a sombr en mme temps que la signifiance du monde. Lesquisse de la structure existentiale de la mort au fil conducteur des trois moments du souci atteint lessentiel de la dtermination positive du phnomne, mais ce noyau essentiel est encore envelopp. Cest au cours dun va-et-vient entre esquisse ontologique et comprhension quotidienne du phnomne que se dveloppe pleinement le concept existential de la mort. Le rapport quotidien la mort nest pas le rapport la possibilit la plus propre, absolue, et indpassable, mais un vnement qui surgit lintrieur du monde et ne nous concerne pas, puisquil atteint le On, qui nest en fait 1 Ibid. 2 S.u.Z., 50, p. 251-252. 3 S.u.Z., 50, p. 252. 4 Un retour depuis ce qui surgit au sein de louverture, et qui sombre provisoirement dans lindiffrence, en direction de louverture elle-mme. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 15personne. Cet vnement nest pas saisi comme possibilit, mais comme une ralit, qui pour le moment nest pas encore prsente. Le discours quotidien du On accrot donc en quelque sorte la tentation (Versuchung), structurelle-ment prsente dans le Dasein, de se recouvrir ltre le plus propre pour la mort1. La consolation et le soin prodigu aux mourants 2 nest le plus souvent quune faon daider voiler ou recouvrir compltement la possibilit la plus propre de ces mourants , mais aussi et surtout celle des consolateurs qui se rassurent ainsi quant la mort, et accomplissent cette tendance constante du On la tranquillisation (Beruhigung) quant la mort3. Le mode dtre du On ne se contente dailleurs pas de recouvrir et de rassurer : il dicte lattitude adopter face la mort, en condamnant la pense de la mort comme une fuite lche du monde4, alinant (ent-fremden) ainsi le Dasein de sa possibilit la plus propre5. Il est caractristique que Heidegger parle cette occasion dun courage (Mut) pour langoisse de la mort, et de la faon dont le mode dtre du On tente dempcher lapparition de ce courage6. Nous avons vu que langoisse pouvait prendre une plus ou moins grande ampleur, selon quelle tait ou non proprement comprise7, et ainsi libre au sein du Dasein, en le librant lui-mme de son tre-absorb par le monde de la proccupation. Ce quindique le terme de courage associ lide de laisser surgir , cest que Heidegger conoit langoisse de la mort comme une exprience que nous pouvons ou non laisser advenir en nous, comme une proposition qui nous est faite sans que nous layons dcid et pour laquelle nous pouvons nous tenir en veil. Ce que le mode dtre quotidien rfrne dabord, par son discours sur lattitude convenable adopter face la mort (le calme indiffrent), cest finalement la possibilit mme de cet 1 S.u.Z., 51, p. 253. 2 Heidegger place lexpression entre guillemets, pour indiquer quil sagit ici du mourir au sens courant du terme. Dans la terminologie de S.u.Z., le Dasein na pas besoin dtre larticle de la mort pour devenir mourant : ds quil existe, tout Dasein est un mourant au sens existential. 3 S.u.Z., 51, p. 253-254. 4 Par l, nous constatons que chacun des deux modes propre ou impropre de ltre du Dasein envisage lautre comme une fuite : fuite de soi ou fuite du monde . 5 S.u.Z., 51, p. 254. 6 Ibid. : Das Man lsst den Mut zur Angst vor dem Tode nicht aufkommen (soulign par Heidegger). 7 Dans un comprendre existentiel qui nest pas ncessairement philosophique, mais dsigne une manire de faire-exister la possibilit en la librant. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 16veil1 pour ce qui nous libre, pour ce qui surgit mme notre tre sans que nous layons provoqu. La caractrisation du mode quotidien de ltre-pour-la-mort sachve par laffirmation que les trois caractres de la tentation, du soulagement, et de lalination font de cet tre quotidien une fuite devant la mort, et une manire de lviter en sen dtournant et en la recouvrant2. Cest en repartant de ce constat dune fuite quotidienne devant la mort, que Heidegger tente de mettre en vidence le concept existential complet de la mort. La certitude empirique du dcs (comme vnement survenant lintrieur du monde) ne garantit en aucun cas ltre-certain de la mort, lequel nadvient que dans lpreuve proprement assume de la possibilit la plus propre3. Ce nest donc pas le discours quotidien sur la certitude empirique du dcs qui nous indique le caractre certain de la possibilit la plus propre, absolue, indpassable, mais la constance de la fuite quotidienne devant cette possibilit. Cette possibilit est non seulement certaine, mais elle est aussi indtermine, au sens o comme nous lavons vu prcdemment pour langoisse (qui est en son fond angoisse de la mort) elle peut sveiller et surgir nimporte quel moment4. En remettant la mort plus tard ( la mort vient certainement, mais provisoirement pas encore ), le Dasein quotidien occulte son indtermination cest--dire son tre possible tout instant et fait passer devant elle lensemble des ncessits de la vie quotidienne. Les rsultats obtenus sont rsums lors de lexposition du concept existential-ontologique complet de la mort, qui se laisse dlimiter de la faon suivante : la mort comme fin du Dasein est la possibilit la plus propre, absolue, certaine et comme telle indtermine, indpassable, du Dasein. La mort est, en tant que fin du Dasein, dans ltre de cet tant pour expos sa fin5. 1 Il faudrait ici montrer, laide dune lecture dtaille du deuxime chapitre de la deuxime section de Sein und Zeit, que le sens profond de lEntschlossenheit nest pas contrairement ce que des gnrations de lecteurs ont voulu y voir de se tenir une dcision fixe une fois pour toutes (le clich de la fameuse dcision rsolue ), mais de laisser sveiller, de la faon la plus large et la plus libratrice possible, lpreuve de langoisse qui est mort au sens existential. Une telle preuve est elle-mme le pralable toute dcision (Entschluss terme que Heidegger distingue soigneusement de lEntschlossenheit, cf. par ex. 60, p. 298), au sens dun engagement existentiel dans une possibilit concrte dexistence. 2 S.u.Z., 51, p. 254-255. 3 S.u.Z., 52, p. 257. 4 S.u.Z., 52, p. 258. 5 S.u.Z., 52, p. 258-259. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 17 * Ce qui est dcrit dans les analyses de langoisse de la mort, cest une situation de crise, de rupture par rapport au rgime normal de lexistence. Lpreuve de langoisse de la mort est preuve de la possibilit de limpos-sibilit pure et simple de lexistence ; elle est exprience de labolition ou du suspens de toute possibilit concrte dexistence, de tout comportement ou rapport qui pourrait donner ses contours un soi dans sa relation un monde . Cest parce quelle constitue un rvlateur, par rapport auquel le rgime normal de lexistence peut apparatre sous un jour nouveau, que cette situation de rupture est privilgie et constitue le foyer autour duquel sorganise le reste de louvrage. Pour bien comprendre le sens des analyses de langoisse de la mort, il faut donc saisir leur insertion au sein dun ensemble plus vaste ; la situation de crise quest langoisse de la mort ne surgit pas ex nihilo et ne subsiste pas indfiniment, mais se dpasse vers quelque chose dautre : le retour une possibilit concrte dexistence. Ce dpassement du suspens de toute possibilit concrte dexistence dans le retour une possibilit concrte, le premier chapitre de la deuxime section de Sein und Zeit le passe pourtant quasiment sous silence1 : le chapitre sur la mort sjourne rsolument dans le suspens, il y sjourne dautant plus longue-ment que ce suspens est fugace et difficile saisir. Si lanalyse de langoisse de la mort doit tre claire par le reste de louvrage, elle permet en retour de saisir le sens profond de concepts qui nont pu trouver leur plein panouissement en raison de linachvement de Sein und Zeit : les concepts de finitude et dhorizon de la temporalit ekstatique. Ces concepts se rvlent tre intimement lis, dans la mesure o lhorizon napparat comme revers du mouvement ekstatique que parce que celui-ci est clos sur lui-mme, cest--dire fini. Ltre pour ou expos la mort, qui se dploie dans la tonalit affective de langoisse, est un tre pour ou expos la fin (Ende). Cette fin, il est dsormais possible de la comprendre non comme le terme dun processus, mais comme lorigine et la structure mme de louverture du Dasein. Si le Dasein est son ouverture, et si celle-ci se dploie de telle sorte quelle est en elle-mme close, alors ltre expos la fin dsigne lpreuve de la forme mme de toute existence, au sens o cette dernire est ouverture, mais o louverture ne trouve sa 1 Ce dpassement de la situation de crise dans lassomption dune possibilit concrte dexistence napparatra timidement qu la fin du chapitre II ( 60), et plus clairement au chapitre V ( 74) de la deuxime section. Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 18Bulletin danalyse phnomnologique IV 5 (2008) http://popups.ulg.ac.be/bap.htm 2008 ULg BAP 19condition de possibilit que dans la finitude, comprise comme le fait de la clture. Seule une telle lecture du concept de fin permet daccomplir la tche que sassignait le premier chapitre de la deuxime section : donner un sens vritablement existential au concept de totalit (Ganzheit) du Dasein. La totalit ne peut plus tre pense comme ensemble des moments qui, mis bout bout, constitueraient une existence comprise dans lhorizon ontologique de la subsistance (Vorhandenheit) ; elle est bien plutt le champ mme de louverture, prouv dans sa globalit et mesur ou parcouru jusqu la clture qui le constitue. Totalit dsigne ds lors non la collection ontique complte des vcus, mais lpreuve intgrale de lespace ontologique quest louverture preuve qui nest intgrale que parce quelle atteint aux limites mmes de cette ouverture.

Recommended

View more >